lundi 27 janvier 2014

Vers une organisation holocratique de son entreprise


Dans la vie il y a ceux qui émettent des théories et il y a ceux qui les mettent en pratique. Le problème se pose alors de savoir si la mise en place d’une théorie est faite par idéal ou pour des raisons pratiques.



Dans le cas précis de la théorie d’organisation proposée par Brian Robertson il s’agit de rendre l’entreprise plus agile et réactive en partant du principe simple que chaque salarié est au fait localement de ce qui pourrait être amélioré.
Or aujourd’hui, dans nos organisations actuelles, il existe une hiérarchie par laquelle tout doit passer pour être digéré et (éventuellement) mis en place. Ainsi, le salarié qui sait a priori ce qu’il faut faire pour traiter un problème donné se trouve confronté à trois problèmes :

  • il doit d’abord convaincre son manager que son idée est bonne
  • il doit ensuite espérer que son manager va mettre en place l’idée assez rapidement
  • il est enfin frustré car le temps que tout se mette en place, non seulement il sera sans doute trop tard, mais en plus il y a de fortes chances que la solution retenue diffère sensiblement de l’idée de départ


A première vue, il semble donc que les organisations pyramidales actuelles ne soient pas compatibles avec la nécessité d’agilité et de souplesse dont doivent faire preuve les entreprises d’aujourd’hui.


Ce que propose Robertson est donc de mettre en place un système où chacun devient son propre responsable et où chacun peut agir localement sans passer par une hiérarchie lourde et qui ne sent pas nécessairement ce qui se passe localement.


 
Présentation de l'organisation holocratique par B Robertson au TEDx

A première vue, cela ressemble à un système anarchique où tout le monde fait ce qu’il veut. Mais il ne faut pas oublier que l’entreprise doit être une entité cohérente lui permettant de répondre à ses clients et de faire face efficacement à la concurrence.

C’est pourquoi, la théorie proposée par Robertson consiste en la mise en place d’une organisation où le pouvoir est distribué et où le contrôle de la bonne exécution des opérations est non pas effectué par une personne ou un groupe de personnes, mais par le respect d’une constitution qui aura au préalable été acceptée par l’ensemble des personnes de l’organisation.

Il existe bien entendu des réunions dans ce type d’organisation, mais pas des réunions au sens conventionnel du terme où chacun y va de son avis pour tenter de convaincre son N+1. Car selon Robertson, le problème des organisations actuelles et là : on y passe plus de temps à tenter de convaincre son manager que son idée est bonne ou à se faire mousser, qu’à créer de la valeur pour l’entreprise.

C’est en quelque sorte la version organisationnelle du principe « Get things done » : l’important est que l’objectif final de l’entreprise, qui est de proposer des solutions aux problèmes de ses clients (et conséquemment d’être profitable …), ne soit pas pollué par des jeux d’ambitions personnelles ou de luttes d’égos.

Ce modèle d’organisation est actuellement en train d’être mis en place par Zappos, la filiale d’Amazon pilotée par l’emblématique Tony Hsieh. L’objectif avoué est que tout soit en place pour la fin de l’année 2014. Le but est que l’entreprise soit encore plus réactive qu’elle ne l’était et qu’elle réponde encore mieux aux attentes de ses clients et de ses salariés.

Cette expérience devra être suivie de près car il s’agit d’une entreprise de 1 500 salariés et elle pourra donc, en cas de succès, servir de modèle à d’autres entreprises de taille plus modeste.
Gageons toutefois que le plus difficile sera de convaincre les actuels cadres dirigeants, cadres moyens ou autres managers de mettre leur égo de côté car cette organisation signifiant la disparition de toute hiérarchie, il y aura une remise en cause importante de leur statut …


Le monde bouge et ce qui était gravé dans le marbre il y a encore quelques années semble s’effacer lentement mais sûrement. A ce titre, l’holocratie prônée par Brian Robertson est un mode d’organisation qui remet le but de l’entreprise au centre tout en valorisant les personnes qui la composent, et qui propose de la rendre plus efficace et réactive. L’idée est séduisante, mais il va falloir que les chefs d’entreprise qui veulent la mettre en place acceptent de changer eux aussi avant de convaincre leur managers intermédiaires de faire de même …


Et vous, seriez-vous prêt à passer à l’holocratie dans votre entreprise ?



Si vous souhaitez repenser l’organisation de votre entreprise pour la rendre plus efficace et plus en phase avec les demandes de vos clients, contactez-moi sur http://www.so-creativeconsulting.com



Pour aller plus loin :
           

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire