mercredi 24 octobre 2012

7 méthodes pour combattre les Perturbateurs



Retrouvez cet article et toutes les fiches pratiques de l'entrepreneur sur
Creative Consulting



Je suis toujours étonné d'entendre certains collaborateurs passer un temps infini à expliquer pourquoi ils n'ont pas pu faire le travail qui leur avait été demandé, alors qu'ils auraient sans doute pu mettre tout ce temps à profit pour réaliser ledit travail !

De la même façon, on rencontre souvent dans certaines équipes des personnes qui vont de l'avant mais qui, face au comportement de perturbateurs finissent par se lasser et se dire que finalement, il n'y a aucune raison de se fatiguer puisque rien ne bouge et que les perturbateurs sont toujours là ...

Ce sont deux exemples que vous avez sans doute tous vécu un jour ou l'autre ! Dans certains cas cela peut mener une entreprise à sa perte, c'est pourquoi il est très important d'identifier, de traquer et d'éliminer les perturbateurs dont j'ai parlé plus haut.

Un papier écrit par Dan Rockwell lance des pistes, mais je vais le compléter avec quelques points de ma propre expérience.

1) Qu'est ce qu'un Perturbateur ?

Basiquement un perturbateur est un puits !

Un puits est l'opposé d'une source dans le sens où tout y est aspiré et rien n'en sort. Ainsi, un Perturbateur dans une équipe va avoir tendance à démotiver les plus motivés, à vider de leur énergie ceux qui en donne, à freiner voire faire échouer le projet, etc..

Donc, si toutes les conditions sont réunies en théorie pour qu'un projet se passe bien, mais que cela se passe mal, c'est qu'il y a un Perturbateur dans les parages !

2) A quoi reconnaît-on un Perturbateur ?

Premièrement, une règle très facile à mettre en place : posez des questions sur le travail qui a été ou aurait dû être fait. Un Perturbateur ne vous répondra pas ! Il vous dira seulement ce qu'il compte faire ...

Ensuite, une variante de cette première règle, c'est que le Perturbateur ne vous répondra pas de manière précise à la question que vous lui posez. Et pour cause, il n'a pas fait le travail ... A l'inverse, une personne efficace saura parler de ce qui a été fait car elle en est fière.

Si chaque membre d'une équipe reçoit des instructions et des objectifs clairs et précis, aussi bien en termes de travail à effectuer qu'en termes de délais, les Perturbateurs seront probablement les seuls à ne pas tenir leurs engagements. En effet, ils sont souvent plus doués pour parler que pour agir, mais les faits les trahirons et leur rôle sera alors visible par toute l'équipe.

Lorsqu'une équipe travaille sur un projet et qu'il se trouve un Perturbateur, celui-ci éprouvera constamment le besoin de distraire ses collègues en les déviant de leur objectif par des choses qui n'ont rien à voir avec le projet. Par exemple, sur la mise en place d'un nouveau produit sur le marché, le Perturbateur va passer du temps à parler avec certains collègues du travail d'une autre équipe.

Enfin, le Perturbateur va avoir tendance à provoquer ses collègues en leur signifiant par exemple que si c'était lui qui devrait le faire, il le ferait mieux ... Généralement, peu de personnes réagissent à cette provocation en mettant le Perturbateur au défi d'agir. La conséquence est donc double : la victime du Perturbateur est dans le doute sur ses propres capacités et elle est également démotivée.

3) Comment éviter la présence d'un Perturbateur ?

Une fois que toutes les preuves se sont accumulées autour du Perturbateur, il ne reste qu'à le faire partir de l'équipe. Ce genre d'action a deux avantages :
  • cela soulage la pression de l'équipe qui repart motivée
  • le responsable du projet ou de l'équipe passe pour un héros car il a fait ce que tout le monde voulait faire 

Mais une fois que le Perturbateur a été éliminé de l'équipe, il ne faut plus qu'il y en ait de nouveaux qui arrivent. Aussi, il faut appliquer quelques règles simples.

Règle 1 : Responsabilisez individuellement les membres de votre équipe. Même si vous avez une équipe, ne supprimez pas pour autant les responsabilités individuelles. C'est en effet parce que chacun se sentira redevable personnellement que l'équipe sera performante. Le Perturbateur étant personnellement responsabilisé, il ne pourra faire retomber la faute sur un autre.

Règle 2 : Sachez récompenser l'équipe en général, mais aussi les personnes qui la composent individuellement. La motivation des personnes est renforcée lorsqu'elles sont récompensées individuellement car cela leur montre que non seulement on a reconnu la qualité de leur travail, mais également leur apport à l'équipe. Le Perturbateur sera en principe moins récompensé que les autres et cette métrique qu'est le niveau de récompense pourra souvent suffire à le marginaliser.

Règle 3 : Fixez des objectifs individuels. Un projet peut être complexe mais il peut (et doit) être découpé en sous-ensembles qui ont des objectifs en termes de résultat et de délai clairs et précis. Chaque membre de l'équipe se verra donc affecté à une partie du projet. Le Perturbateur sera dans l'incapacité de tenir les objectifs qui lui auront été fixés et sera démasqué !

Règle 4 : Arrangez-vous pour avoir de petites équipes. Plus l'équipe est importante, plus le Perturbateur passera inaperçu. A l'inverse; dans une petite équipe, l'action du Perturbateur sera immédiatement visible.

Règle 5 : Mettez en avant les apports individuels. En d'autres termes, justifiez au sein de l'équipe ce que chacun de ses membres apporte. En principe en effet une équipe est constituée d'éléments qui se complètent et dont l'action conjointe permet d'avancer. En identifiant les compétences et les qualités  de chacun, on limite sérieusement le risque qu'un Perturbateur apparaisse dans la mesure où ses compétences étant connues de tous, il sera facilement repérable en cas de défaillance (il s'agit du cas où il a exagérément vanté ses compétences dans tel domaine; s'il est défaillant sur ce domaine précis pour lequel il a rejoint l'équipe, cela va très vite se voir)

Règle 6 : Ecoutez votre équipe. Si un Perturbateur essaie d'agir, les gens parleront ... au début, puis se tairont ou partiront. Avant qu'il ne soit trop tard, il faut donc savoir écouter les doléances parfois peu claires des membres de son équipe et agir. Si vous ne faites rien, les membres motivés de votre équipe finiront par se démotiver et le Perturbateur aura gagné.

Règle 7 : Allez au faits. Si un problème se pose, essayez de pousser les personnes dans leurs retranchements pour qu'elles donnent des faits précis sur les causes d'un retard ou d'une erreur. Il semble qu'il existe une règle des "5 questions" qui permettent inéluctablement de savoir la vérité sur un problème. Le principe est simple et je vais l'illustrer par un exemple : une erreur de fabrication est à l'origine d'un retour en atelier pour une reprise de la pièce défectueuse.
1- on interroge le collaborateur qui a fabriqué la pièce : "pourquoi la pièce est-elle mal faite ?"
Réponse : "parce qu'il devait y avoir une erreur sur les plans. En tout cas ma pièce est conforme aux plans !"
2- on interroge le dessinateur : "pourquoi le pièce est-elle mal dessinée ?"
Réponse : "je n'ai fait que suivre le croquis donné par le commercial"
3- on interroge le commercial : "pourquoi le croquis est-il erroné ?"
Réponse : "parce que je ne suis qu'un commercial et que le chef d'atelier n'a pas voulu venir avec moi sur place"
4- on revient au chef d'atelier et on interroge : "pourquoi ne pas avoir accompagné le commercial ?"
Réponse : "parce qu'il ne me l'a jamais demandé !"

On a identifié plusieurs problèmes qui devront être traités séparément, mais il semble dans cet exemple que le commercial ne soit pas très clair et qu'il agisse comme un Perturbateur.


Il existe sans doute d'autres règles à appliquer pour éviter qu'un Perturbateur agisse négativement sur l'équipe , mais déjà, en mettant en place ces 7 règles on filtre correctement son ou ses équipes ...

Et vous, avez-vous eu à souffrir de la présence de Perturbateurs dans vos équipes ? 

Pour aller plus loin : 


           

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire